En France, le développeur souffre toujours d’une mauvaise image